/// 15 décembre 2017

Ent’revues, le journal des revues culturelles – à propos du numéro 6, Tourniquet ///

(…) Essayons de nous y retrouver malgré la carte absconse qui vous accueille avant le sommaire où chaque texte, chaque entrée est sous-titrée de façon tout aussi déroutante. ‘tention les gars, les filles ! D’aucuns pourraient tourner en rond. Notez que se perdre dans cette revue est un plaisir désorientant tant les textes portent en eux d’invention, de générosité, de jeu aussi, d’humour et de gravité. (…)

Yannick Kéravec

Pour lire l’intégralité de l’article, c’est ici.


/// 23 octobre 2017

Capture d’écran 2017-12-14 à 01.35.04

Karoo publie la première étape du feuilleton d’Anne-Lise Remacle sur la résidence de Papier Machine au Vecteur, une conversation entre Aldwin Raoul et Yves Pagès durant la soirée d’ouverture du festival et de lancement de la résidence. Pour lire, c’est ici.


/// 10 octobre 2017

Le Micro Baladeur d’Eddy Piron sur Ramdam Musique 105.06 a reçu Papier Machine dans le cadre de la résidence à Charleroi. Pour l’écouter, c’est ici.


/// 29 septembre 2017

Dans le cadre de notre résidence au Festival Livresse (Le Vecteur, à Charleroi), Papier Machine est sur Télésambre, la chaine carolo. Pour voir la vidéo, cliquer sur l’image

Capture d’écran 2017-09-29 à 11.29.03



/// 26 JANVIER 2017

Les cahiers critiques de la poésie – extraits choisis ///

À propos du numéro un, Souffle :

Couv PM1

 

 

(…) Revue à thème et à devise, Papier Machine programme un contenu de refus élocutoire contre l’approbation silencieusement implicite et le consentement muet qui règnent ailleurs. Sous couvert de typographie, un signe passe à table après avoir été passé à tabac page après page. Boucherie lexicale, anatomie délicieuse pour carnassiers culturels : l’Esprit est d’ailleurs au premier rendez-vous, zéphir mathématique, menu diaphragmatique, pour repas de SOUFFLE élaBoré. La bourrasque est immense et gonfle lourde d’haleines polyglottes, pour tout emporter,meubles et fournitures lexicales, sans pouvoir oser jamais y mettre… un terme. C’est une poésie totale, à la lettre (…)

 

À propos du numéro deux, Trappe :

couv PM2

C’est changement de pelure pour cette fulgurante revue qu’on a pu découvrir vivante à Beaubourg : papier mat et crémeux pour ce numéro 2 dont le mot-rallye à éplucher pour thème est cette fois-ci TRAPPE. Ornée en garde par de mystérieux motifs, Tétris à la craie grasse (Elsa Lévy), cette livraison affine sa maquette et porte le nombre de ses contributeurs à 37. (…)

 

 

Lire l’article de Narcisse Aksayam en intégralité ICI

 

À propos du numéro trois, Manche :

couv PM3

Revue de création bruxelloise à la mise en page soignée, Papier Machine propose pour sa troisième livraison une trentaine de contributions, amorcées comme ses précédents numéros par un « mot étincelle ». Après SOUFFLE et TRAPPE, il s’agit cette fois de MANCHE (n.m. ou f.). Poèmes, photographies et dessins, courtes nouvelles, entretien, articles de critique sociale ou politique, les propositions sont extrèmement diverses et n’entretiennent délibérément entre elles pas plus de rapport que les différentes significations des homonymes qui ont été à leur origine. On retiendra particulièrement le poème de Samantha Barendson sur l’enfilage d’un vêtement, les photographies prises de l’intérieur d’une manche par Grégory Voivenel, les expérimentations de Vincent Tholomé dans le prolongement de Vuaz – parmi d’autres contributions joyeuses, ludiques mais aussi parfois anecdotiques. Celle de Bruno Fern, définitions fantaisistes présentées à la manière d’un dictionnaire, est judicieusement placée à la fin : elle récapitule en deux pages la polysémie d’un terme dont les précédentes ont dévoilé les facettes.

Lire l’article de Julien le Gallo en intégralité ICI

 


/// 19 DECEMBRE 2016

L’ALPHABETA MAGAZINE – entretien de Virginie Jux avec Valentine Bonomo ///

ALphabeta


/// 25 OCTOBRE 2016

L’ALAMBLOG – extraits choisis ///

Pour commencer, Papier machine donc, dont le berceau a été posé en Belgique par une bande de bashibouzouks, c’est du moins le nom de l’association éditrice. Sous divers mots d’ordre (c’est bien le cas de le dire), l’équipe très ramassée propose des livraisons thématiques rassemblées sur la base d’appels aux contributions inspirées par un mot. Qui ne dit mot consent.

C’est le sous-titre de Papier Machine, qui incite dès ses feuilles de garde, et grâce à un collage d’Adèle Jacot, à rester smart, au moins comme David Niven : seul ou en famille Toujours Nickel, dit-elle. Et la revue, dont le mot de passe était « Coin » (n° 4) est très nickel en effet. (…) Équilibrée malgré ces dires, et très surprenante il est vrai, riche mais sans excès, graphique mais sans pose, largement ouverte aux nouveaux venus, elle est capable d’offrir de la broderie topographique moderne (Doriane Millet), des chiens qui gagnent leur laisse, des polyglottes et des confusionnistes, de l’économie et de l’architecture, des télépathes ambulants, de la spéléo Box et de la « boucle étrange », des photos (en particulier le cimetière miniature de Louise Devin), des dessins magnifiques, des oreilles d’‰ne qu’on met au coin, des coings (bien sér), des chausses-trappes et des créations, jusqu’au petit coin, forcément, et à la niche écologique, qui ressemble plut™t à une cabane sympa, à un bon petit coin douillet pour passer l’automne. Pour dire les choses simplement, c’est « de l’oxygène en grande quantité » (R. Imaggiolo) que répand Papier Machine. Si la rédaction déterminée de Papier Machine est parvenue à avancer sans se taper dans le « coin », souhaitons lui de pouvoir dès le prochain numéro marcher sur un « Oeuf ». (…)

Lire l’intégralité de l’article ICI 

 



/// JEUDI 23 JUIN 2016

Bruxelles m’habite #8 – Le bonheur est dans les coin ///

La rédaction de Radio Panik, après le Grand N’importe Coin, s’empare du mot-étincelle du n°4 de Papier Machine, pour réaliser leur émission.

Emission podcastable ICI.

« Au programme :

  • Une balade rue du Berger à Bruxelles
  • Lecture : « Debout sur mes semelles d’outils… » de Francis Tabouret
  • Une charade en images « Coins de Bruxelles » et son réalisateur Jonathan Ortegat.
  • Valentine et Leslie de la revue Papier Machine; « coin », c’est le mot-rédacteur en chef de leur 4e numéro.
  • Un reportage sur un autre coin à préserver: Video Express, la boutique culturelle de Juan, à milsoixante.
En présence de l’équipe qui se cache dans un coin, avec une programmation musicale contigüe, restons coïncidents avec notre joli coin: Bruxelles, la décoincée! »

/// OCTOBRE 2015
Réseau Kalame ///
Kalame
 En savoir plus sur le réseau ICI 

La Revue des revues n°53, Ent’revues -
Extraits choisis ///
Commencez par une série de dix pompes ; ensuite, vous serez à même d’entrer dans le vif du sujet de cette revue qui nous vient de Bruxelles et opte pour le souffle, comme « mot invité ». Le grand sociologue de l’école de Chicago, Howard S. Becker, revient sur sa propre expérience en la matière.(…) Une consigne écrite verticalement sur la marge d’une double page blanche par Yohann Quëland de Saint-Pern donne tout à fait le ton de cette revue espiègle et subtile. Faites ce qu’on vous dit et laissez-vous aller à souffler sur la tranche de Papier Machine, dont la maquette, les photographies, les dessins sont d’un goût très sûr, c’est-à-dire impertinent à souhait et ménageant d’heureuses surprises. Pour ne pas déflorer le plaisir du lecteur, je ne dirai pas, par exemple, de qui est le photogramme, qui court tout au long des pages, jusqu’à ce que notre curiosité soit satisfaite à mi-parcours.
Mais on peut aussi commencer cette revue par le début, en suivant un autre mode d’emploi, en dix points, pour dix voyages en métro bruxellois. L’appel à la divagation urbaine proposé par Maud Marique a beau rappeler des expérimentations déjà anciennes de style oulipien, mêlées aux pratiques de la dérive, il n’en reste pas moins efficace et se lit aussi comme un mode d’emploi de la revue elle-même. En l’occurrence, le projet de Papier Machine incite à un voyage prenant pour seul horizon un mot envisagé comme une occasion d’escapades successives dans des styles les plus variés, de l’étude à la fiction (peut-être pas le point le plus fort), du prélèvement à la production plasticienne, du scénario à la BD. (…)
Lire l’intégralité de l’article de Jérôme Duwa ICI

/// MAI 2015 
Kinblind ///
Kiblind
 Accéder au site de Kinblind ICI

/// JANVIER – FEVRIER 2015
Mouvement n°75 ///
Mouvement
Accéder au site du magazine ICI

/// 2014 
24h01 ///
24h01

 Accéder au site du magazine ICI


 

/// SEPTEMBRE 2014

LE VIF ///

VIF