Papier Machine, avant d’être du papier (ou après, ou en même temps), c’est un espace de réunion pour ces esprits qui s’échauffent, qui s’enthousiasment à l’idée que le monde, les mots, les sons, les images sont de vastes terrains de jeu au sein desquels imaginer des formes et s’approprier notre réel. Papier Machine, même hors-les-pages, veut être avant tout un catalyseur pour la création, l’expérimentation, la prise de liberté. Ici, les propositions belles et rebelles qui ont refusé de se laisser imprimer.


Revuethèque : 

17342172_10158281459855277_1946837186_o (1)Une revuethèque a été mise en place par Papier Machine à la Tricoterie dans une optique de sensibilisation aux revues belges, à destinations d’un public non initié.

La revuethèque fonctionne sous la forme d’une bibliothèque de consultation libre qui accueille uniquement des revues belges indépendantes (dont très peu ouvrent leur page à la publicité.) Elle est ouverte le dimanche toute la journée, pendant le brunch de La Tricoterie. Elle accueille C4, Médor, Boustro, 24h01, Ballast, Kaïros, Journal intime de quartier, Imagine, La Revue nouvelle et bien sur Papier Machine.


 

Le Grand N’importe Coin, c’était au Labokube (242 chaussée de Louvain). Nous avons fêté le mot COIN, et la sortie du 4ème numéro de Papier Machine. A cette occasion, ont été créés et proposées des performances et installations dont :

Au coin les vilains gamins ! de Mister Kill Martine et Artu

Dans un coin de la pièce, tournant le dos à public pourtant avide de voir, comme deux adolescents rebelles renvoyés à eux-mêmes, Mister Kill Martine et Artu ont joué leur insolence. A écouter ci-dessous.

La Charade Mémorielle de Jonathan Ortegat.

1. Mon 1er est un coin tragique.

2. Mon 2e est un autre coin tragique.

3. Et mon tout est la définition de ce qui est mémoriel.

« Une caméra posée en trois endroits, trois coins dans la simplicité de leur quotidien, où défile la vie pendant trois fois une demi-heure. Lors du lancement de Papier Machine n°4 – Coin, ces trois « blocs de vie » ont été projetés sur un coin construit pour l’occasion, elle a défilé sous nos yeux, éveillant la curiosité des spectateurs et les renvoyant à leurs souvenirs et à leur connaissance de l’histoire de Bruxelles. Ou pas… »


« C’est pas une blague, c’est une revue ». Campagne vidéo réalisée par Hugo Moser.




« Ecrire contre la langue » – Edwin Yves Andre
Performance aux Ateliers Claus d’après le texte publié dans Papier Machine 2 – Manche


« On n’a pas fait l’amour » - Hugo Moser
Court-métrage réalisé pour Papier Machine 1 – Souffle


We are Sleeves – « Studio Al Môjone » (Pierre Constant /Yasmina H’mamou)
Vidéo réalisée pour Radio Moniek dans le spécial Manche en collaboration avec Papier Machine


Les errances sonores de Radio Moniek – guidées par Leslie doumerc et Flora Six

Radio Moniek est une radio belge multiformes et multiprises, rassemblant des férus de radio et de création sonore, technicien-ne-s, animateur-trice-s, musicien-ne-s, créateur-rices, auteur-trice-s venus essentiellement de Radio Campus et de Radio Panik à Bruxelles, deux radios où la création sonore a une belle place.

En février 2015, Radio Moniek mettait en son Papier Machine n°1 – SOUFFLE sur les ondes de Radio Campus Bruxelles (92.1) http://www.radiocampus.be/actualites/la-creation-lundi-2-fevrier-2015-souffle-18517/

Elle a sévit à nouveau en janvier 2016 avec au programme 2h30 de création radiophonique avec tergiversations auditives autour du mot « Manche », retranscriptions sonores de morceaux choisis de Papier Machine n°3, playlist endimanchée, et péripéties de la tribu Menche. Ici, toutes les capsules et d’autres encore : https://www.mixcloud.com/Radio_Moniek/moniek-se-retrousse-la-manche-115/